Le diagnostic sensible, la suite !

Le 16 février dernier, nous avons poursuivi la réflexion sur le diagnostic sensible en accueillant pour l’occasion Grégory, de l’agence Indivisibles résidant à nos côtés à Superpublic. Indivisibles réunit des sociologues/vidéastes qui accompagnent les transformations territoriales à travers une approche pluridisciplinaire (sociologie, étude vidéo, design de service, …). L’idée était qu’il nous expose certaines difficultés qu’il rencontre avec son équipe lors de diagnostics qu’ils doivent effectuer afin que nous cherchions ensemble des alternatives sensibles à leurs propres outils. Une occasion de projeter notre réflexion sur un terrain concret ! Au final, nous avons à nouveau questionné la manière dont l’on pouvait mesurer l’attachement au territoire, une thématique de travail déjà portée à la réflexion d’un groupe de travail lors de l’atelier précédent.

En fin d’atelier, avons eu le plaisir d’accueillir Léa de l’association Didattica, que nous avions invitée nous présenter cette structure, quelques uns de leurs projets et leur ouvrage collectif “Construire quoi, comment? L’architecte, l’artiste et la démocratie