Lancement du projet « L’hôpital psychiatrique et son quartier ».
Top départ avec une performance sonore de Fanny Decoust, membre de notre collectif “Et si on prenait l’air(e)?” pour décaler les regards sur le quartier. Des dessins sont produits en live à partir de l’inventaire poétique qu’effectue l’artiste lors d’une marche à travers le 20ème arrondissement.

Une performance qui s’étale sur 1h30-2h00, un inventaire au présent, du présent, de l’ici et maintenant. De 16h à 18h, équipée d’un micro relié à une enceinte et à un enregistreur, je pratique et décris la réalité au fur et à mesure qu’elle se déroule. Qui passe? Qu’est-ce-qui se passe? Et quand rien ne passe ou ne se passe?… C’est une description à velléité exhaustive: population humaine, végétale, animale, mécaniques, activités, odeur, sons, environnement visuel; c’est une visite libre, une logorrhée descriptive de faits, de paysages, de ressentis, de rencontres qui sont enregistrées et dessinées en même temps. C’est une alternance de paroles cherchant à mettre le monde dans des cases, des catégories, pour pouvoir le simplifier à la manière des sondages; et une parole complètement instinctive. Toutes les 20-30 minutes, une photo polaroid est faite de l’endroit d’où je parle que je laisse affichée sur place mais reprise en photo en numérique. 
L’idée c’est aussi de s’amuser avec une mise en abîme de ces images: la réalité vivante, la réalité arrêtée (photo), la réalité interprétée (parole), la réalité imaginée, déformée (dessin)…” Fanny Decoust.

La matière produite servira de matière à réaction pour interagir avec les patients et les soignants durant toute la phase 1 de notre aventure. A suivre !